Y'a bon les colonies ?

Par Alain Ruscio, le 14 mars 2011Lire la suite

La France Sarkozyste face à l'histoire coloniale, à l'identité nationale et à l'immigration

y'a bon les colonies
Le livre d'Alain Ruscio se présente comme une galerie de portraits au vitriol. C'est un dictionnaire de personnalités ayant une certaine importance sur la scène politique française actuellement, et qui se distinguent par un discours empreint d'un certain néo-colonialisme latent, ou en tout cas une certaine nostalgie des colonies et d'une France puissante sur le plan international et diplomatique, mélée à un racisme sous-jacent. L'auteur montre que ces personnes, de François Copé à Éric Zemmour en passant par Brigitte Bardot, au delà de leurs sympathies politiques et de leur rôle dans la société française, tiennent un discours aberrant mais décompléxé et en apparence socialement admis.


Livres publiés. Travaux historiques
  • La guerre d’Indochine, Vol. V de la série « Les guerres de la France au XX ème siècle », Paris, Éd. Edilec, 1983
  • La CGT et la guerre d’Indochine, 1945-1954, préface de René Duhamel, Paris, Inst. CGT d’Histoire sociale, 1984
  • Les communistes français et la guerre d’Indochine, 1944-1954, Paris, Éd. L’Harmattan, 1985
  • Dien Bien Phu, la fin d’une illusion, Paris, Éd. L’Harmattan, Coll. Racines du Présent, 1986
  • La première guerre d’Indochine (1945-1954) : Bibliographie, Paris, Éd. L’Harmattan, 1987
  • La Décolonisation tragique (1945-1962). Une histoire de la Décolonisation française, Paris, Éd. Messidor, 1987
  • La guerre française d’Indochine (1945-1954), Bruxelles, Éd. Complexe, Coll. La Mémoire du Siècle, 1992
  • Le Credo de l’Homme blanc. Regards coloniaux français, XIX ème - XX ème siècles, Préface d’Albert Memmi, Bruxelles, Éd. Complexe, Coll. Bibliothèque Complexe, 1996 ; réÉd. 2002
  • Que la France était belle au temps des colonies. Anthologie de chansons coloniales et exotiques françaises, Paris, Éd. Maisonneuve & Larose, 2001 - Interview sur France3
  • Dien Bien Phu. Mythes et réalités, 1954-2004. Cinquante ans de passions françaises (en collaboration avec Serge Tignères), Paris, Éd. Les Indes Savantes, 2005
  • La question coloniale dans “L’Humanité“, 1904-2004, Paris, Éd. La Dispute, 2005

Livre publié. Entretiens
  • Vo Nguyen Giap, Une Vie, Propos recueillis par Alain Ruscio, Hanoi, 1979-2008, Paris, Éd. Les Indes Savantes, 2011

Livres publiés. Essais politiques
  • Vivre au Vietnam, Paris, Éd. Sociales, Coll. Notre Temps, 1981
  • Nous et Moi. Grandeurs et servitudes communistes, Paris, Éd. Tirésias, 2003
  • Cambodge An 1. Journal d’un témoin, Paris, Éd. les Indes Savantes, 2008
  • Y’a bon les colonies ? La France sarkozyste face à l’histoire coloniale, l’identité nationale et l’immigration, Paris, Éd. Le Temps des Cerises, 2011, Prix du livre anticolonialiste 2011

Livre publié. Littérature
  • Frères humains, Paris, Éd. St Germain-des-Prés, Coll. À l’écoute des sources, 1985

Directions d’ouvrages
  • Vietnam, l’Histoire, la Terre, les Hommes, Paris, Éd. L’Harmattan, Coll. Péninsule Indochinois, 1989 ; réÉd. 1993
  • Amours coloniales. Aventures et fantasmes exotiques, de Claire de Duras à Georges Simenon, Préface de Madeleine Rebérioux, Bruxelles, Éd. Complexe, Coll. Bibliothèque Complexe, 1996
  • La guerre française d’Indochine (1945-1954). Les sources de la connaissance. Bibliographie, Filmographie, Documents divers, Paris, Éd. Les Indes Savantes, 2002
  • L’Affaire Henri Martin et la lutte contre la guerre d’Indochine, Préface de Raymond Aubrac, Paris, Éd. Le Temps des Cerises, 2005
  • Histoire de la Colonisation. Réhabilitations, Falsifications, Instrumentalisations, Ouvrage collectif sous la direction de Sébastien Jahan & Alain Ruscio, Paris, Éd. Les Indes Savantes, 2007, Prix du livre anticolonialiste 2008
  • Montreuil va Viêt Nam. Biêu tuong cua tinh huu nghi Viêt-Phap / Montreuil et le Vietnam. Symbole de l’amitié franco-vietnamienne, Ouvrage collectif sous la direction de Joëlle Cuvilliez, Trinh Ngoc Thai, Alain Ruscio & Gilbert Schoon, Hanoi, NXB Chinh Tri Quoc Gia, 2010
Collectif

Il y a cinquante ans, la France quittait l'Indochine, naguère qualifiée de " joyau de l'Empire ". Ce départ s'est fait dans la douleur, sans gloire particulière, après huit années d'une guerre pénible achevée par l'ultime et prévisible désastre de Dien Bien Phu. La Quatrième République a mené et justifié de bout en bout cette guerre. Le monde politique, du Mrp à la majorité du Parti socialiste Sfio, l'a soutenue ou, pour le moins, tolérée. Mais des voix se sont élevées pour protester, des hommes se sont mobilisés pour lutter. Henri Martin fut de ceux-là. Durant trois années, ce jeune militant communiste sera emprisonné pour avoir, simplement, demandé la liberté pour le peuple vietnamien, la cessation de la " sale guerre " que lui imposait la France officielle. Ce déni de justice a été baptisé par certains, Affaire Dreyfus de la IV- République. Pour défendre Henri Martin, les organisations communistes, au premier rang, ont multiplié les initiatives. Mais, au-delà, une masse considérable de femmes et d'hommes de bonne volonté ont uni leurs efforts. Certains grands intellectuels, comme Jean-Paul Sartre, ont également élevé la voix. D'autres emprisonnements, comme celui de Raymonde Dien, ont soulevé des tempêtes de protestations. Au début de l'année 2004, plusieurs centaines d'acteurs (au premier rang desquels Henri Martin et Raymonde Dien) et de témoins se sont retrouvés, ont croisé leurs souvenirs avec l'analyse des historiens de la période. Il en a résulté une passionnante journée où l'émotion, toujours vive, s'est mêlée au travail historique sur la mémoire et à la réflexion politique sur la notion d'engagement. C'est le fruit de cette rencontre que les éditions Le Temps des Cerises sont fières de présenter aujourd'hui.

Histoire de la colonisation

Par Alain Ruscio, le 01 janvier 2011Lire la suite

Réhabilitations, Falsifications et Instrumentalisations (Collectif)

Ce livre se veut cri d'alerte. Le cadavre du colonialisme empuantit toujours l'atmosphère, pour paraphraser François Mauriac... Une entreprise de réhabilitation de ce système est à l'œuvre. Réactionnaires, " nostalgériques " anciens baroudeurs des guerres de décolonisation ont (re) commencé un travail patient et multiforme. Les laudateurs du colonialisme ont réussi le tour de force de faire passer un appareil idéologique des années 30-40-50 du siècle passé comme une nouveauté. La loi du 23 février 2005 n'était pas un épiphénomène, mais un épisode d'un mouvement de fond dans le monde des idées, et des actes. Cette constatation ne vise en aucun cas les historiens, avec lesquels il peut y avoir des débats, des désaccords, parfois des polémiques, mais qui appliquent les règles habituellement reconnues de la recherche historique. Aussi, face à cette offensive, il a paru nécessaire à un collectif d'historiens de rappeler quelques acquis de la recherche historique en matière coloniale. Simplement, calmement.

La question coloniale dans l'Humanité 1904-2004

Par Alain Ruscio, le 01 janvier 2011Lire la suite

Ce n'est pas seulement de l'histoire du socialisme, puis du communisme français, qu'il s'agit ici. C'est de l'histoire de la France, présente un temps sur les cinq continents : c'est de l'histoire du monde, car l'expansion coloniale, les guerres et les solidarités anticolonialistes si elles ont lourdement pesé jusque dans un passé récent, ont aussi donné un visage à ce début de xw siècle, entre mondialisation et altermondialisme. L'Humanité. fondé en avril 1904 par Jean Jaurès, devenu au lendemain du congrès de Tours. en 1920, le porte-parole du courant communiste, a naturellement été intensément confronté tout au long du siècle écoulé à la question coloniale, à l'exploitation et à la violence qui y sont associées. Le choix d'articles, les notes et commentaires d'Alain Ruscio, spécialiste de l'histoire coloniale française, restituent la continuité d'un engagement collectif anticolonialiste sans équivalent par sa durée et sa détermination ; ils montrent aussi à quel point cet engagement a plus d'une fois été menacé par des tentations d'accommodement, voire de renoncement, ou des bouleversements historiques qui venaient brouiller les repères familiers du combat. Au fil des pages, on croisera les signatures de dirigeants socialistes et communistes, le grand Jaurès, bien sûr, Léon Blum, l'étonnant Ho Chi Minh. mais aussi Marcel Cachin, Maurice Thorez, André Marty, Paul Vaillant-Couturier. Roland Leroy.... de journalistes de qualité, Gabriel Péri. Pierre Courtade. Madeleine Riffaud, Robert Lambotte, Yves Moreau, Jean-Émile Vidal.... d'intellectuels de renom. militants ou compagnons de route. Anatole France. Octave Mirbeau. Charles-André Julien. Henri Barbusse, Charles Vildrac. Romain Rolland, Paul Éluard, Aragon, Roger Vailland...

Vo Nguyen Giap : Une vie

Par Alain Ruscio, le 01 janvier 2011Lire la suite

Le général Giap est un des pères fondateurs du Vietnam contemporain, et un des plus grands stratèges du XXe siècle. Sous sa direction, l'armée vietnamienne a successivement défait les armées française, américaine et chinoise. Giap parle de son parcours personnel, de son implication dans la lutte pour l'indépendance du Vietnam, depuis l'époque coloniale jusqu'à la lutte contre les Français, puis les Américains. Il éclaire également, par des " petites phrases ", de nombreux aspects de l'histoire du Vietnam jusqu'en 1975. Giap vient de fêter ses 100 ans et est aujourd'hui une figure emblématique du Vietnam.